Vous êtes ici :

La recherche sur l'image

Par Emmanuel Larraz et Jean-Claude Seguin

Publié en ligne le 28 septembre 2006

Jean-Claude Seguin et moi-même n’avons reçu qu’une dizaine de réponses à l’enquête que nous avions diffusée parmi les collègues. Il ressort de cette enquête, dont l’on peut regretter qu’elle n’ait pas suscité plus d’intérêt, que peu de centres se consacrent de façon prioritaire à l’étude de l’image : le GRIMH (Groupe de Recherche sur l’Image Hispanique) de Lyon, dirigé par J.-C. Seguin, INMOVER (Imagen y Nuevos Modos de Ver ) que dirige Gérard Imbert et qui est rattaché à l’Instituto de Cultura y Tecnología « Miguel de Unamuno » du Departamento de Humanidades, Comunicación y Documentación de l’Université Carlos III de Madrid, le SIMIC (Séminaire Images dans le Monde Ibérique Contemporain) qu’anime Nancy Berthier et qui est une composante du Centre de Recherches Interdisciplinaires sur les Mondes Ibériques Contemporains de l’Université de Paris lV – Sorbonne, etc.

Dans d’autres centres qui sont pluridisciplinaires, l’image occupe une place importante. C’est le cas pour le Centre d’Etudes et de Recherches hispaniques du XXe Siècle de Dijon qui a publié plusieurs volumes monographiques sur des cinéastes : Víctor Erice, Luis García Berlanga, Pedro Almodóvar, Tomás Gutiérrez Alea, etc., pour le CRINI (Centre de Recherches sur les Identités Nationales et l’Interculturalité) de l’Université de Nantes et au sein duquel l’équipe d’hispanistes animée par Pilar Martínez Vasseur est très active par « des colloques, séminaires, conférences sur le cinéma espagnol et latino-américain et ses rapports avec l’histoire contemporaine, les expressions identitaires et esthétiques qui passent par l’image (cinéma, arts plastiques, peinture, design, affiches, etc.) », pour le laboratoire Suds des Amériques de l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines où notre collègue Anne-Marie Brenot signale que « le cinéma et l’image constituent les thèmes de recherche d’une équipe à part entière ». Le cinéma hispanique, et en particulier cubain, est très présent grâce à Emmanuel Vincenot.

Lors de la discussion dans l’atelier consacré à l’image, l’on a constaté la prépondérance des études sur l’image mobile et surtout sur le cinéma depuis une vingtaine d’années alors qu’il y a moins de travaux sur l’image fixe (peinture, photographie, affiches, bandes dessinées). M. Eliseo Trenc signale, pour le regretter, qu’il est, actuellement, l’un des très rares hispanistes travaillant sur la peinture et la publicité. Il rappelle l’existence de quelques thèses récentes consacrées à l’étude de l’image fixe :

La peinture cubaine. Reflets d’une réalité : 1898-1958, de Mme Marie-Thérèse Richard, Université de Paris III, Directeur : M. le Professeur Claude Fell, 1993

Antoni Clavé de Mlle Catherine Xerri, Université de Paris III, Directeur : M. le Professeur Serge Salaün, 1994

Arts et pouvoir. Arts plastiques et politique culturelle sous le franquisme (1939-1951) de Mme Claire Bernard-Pallas, Université de Paris III, Directeur : M. le Professeur Serge Salaün

L’art du portrait en Espagne de 1814 à 1873 (Peinture et société : paradoxale gestation d’une unité) de Mme Véronique Marchal-Roy Université de Paris IV, Directeur : M. le Professeur Claude Esteban, 1997

Les peintres espagnols à Paris à la fin du XlXe siècle (1872-1899), Université de Paris IV, Directeur, M. le professeur Carlos Serrano, 2000.

Il signale également que les études inédites de deux HDR ont été consacrées à l’image :

L’image, entre espaces et méthodes de Jacques Terrasa, Directeur M. le Professeur Jean-Claude Seguin, Université de Lyon, 1999

Littératures et images dans le XlXe espagnol : les frères Bécquer et F. Ortego (1860-1880), de Mme Marie-Linda Ortega , Directeur, M. le Professeur Carlos Serrano.

Le nombre relativement important de travaux d’hispanistes sur le cinéma espagnol et latino-américain au cours des 25 dernières années est sans nul doute en rapport avec l’inscription, dans les années 80, du cinéma au programme du CAPES.

Depuis les premières thèses de Marcel Oms sur La guerre civile au cinéma, en 1986 et de Jean-Claude Seguin, Joselito, la voix inhumaine, en 1990, plus d’une vingtaine de thèses ont été soutenues, avec une prédominance des études sur le cinéma espagnol, beaucoup plus nombreuses que les thèses sur le cinéma latino-américain. Il y a également une tendance à étudier les cinéastes contemporains, souvent vivants, alors que l’histoire du cinéma attire moins les chercheurs. Il y a également peu d’études, pour l’instant, sur la télévision.

L’on peut penser que l’introduction du cinéma au programme de l’agrégation, en 2007 (Cinéma et révolution à Cuba (1959-2003)), permettra de susciter des vocations de futurs chercheurs sur l’histoire du cinéma latino-américain.

Pour ce qui est de la place de l’étude de l’image dans les cursus des hispanistes, l’enquête montre qu’elle est toujours présente, à différents niveaux de la Licence, et notamment en LLCE dans la perspective de la préparation des candidats au CAPES à l’épreuve de l’oral sur des dossiers qui comportent très souvent des images.

Mme Pilar Martínez Vasseur, directrice des Rencontres Cinématographiques de Nantes, signale l’importance d’un Festival de cinéma comme celui qu’elle anime pour la diffusion de la culture hispanique, non seulement parmi les étudiants mais également parmi les élèves du secondaire, dont plus de 5000 ont assisté à des projections de films en version originale, en 2006.

Pour citer cet article :  Larraz Emmanuel et Seguin Jean-Claude (2006). "La recherche sur l'image".  Actes des journées d'études de la Société des Hispanistes Français, Poitiers, 12 et 13 mai 2006.

En ligne : http://edel.univ-poitiers.fr/shf/document155.php (consulté le 22/09/2017).

 
Maison des Sciences de l'Homme et de la Société - Université de Poitiers
99, avenue du Recteur Pineau - 86000 POITIERS - FRANCE
Tél.: (33) (0)5 49 45 46 51 - Fax : (33) (0)5 49 45 46 47
elvire.diaz@univ-poitiers.fr

Haut de page